LA GRANDE DISTRIBUTION :

UN MODELE EN DECLIN?

 

« Auchan : plus de 700 emplois menacés »

« Carrefour : suppression envisagée de plus de 1200 postes dans ses hypermarchés « 

Aucun grand acteur de la grande distribution n’est épargné: Auchan, Carrefour, Casino, Leclerc …

Depuis ces derniers mois ces annonces se succèdent et pourtant,

qui aurait cru il y a quelques mois que ces géants de la distribution en serait a envisager des licenciements.

 

Le modèle s’est-il usé au fil des années ?

Force est de constaté que les grandes surfaces ressemblent maintenant a des safaris où observer des clients revient a apercevoir un lion derrière un buisson au milieu de la savane !

J’exagère sans doute un peu mais vous l’aurez sans doute constater également.

Partir en famille ‘faire les courses’ un samedi après midi est un modèle de plus en plus obsolète la plupart des familles préférant maintenant profiter de ce temps libre pour se divertir avec des loisirs ou activités sportives avec les enfants.

Ceci profite aux géants d’internet qui voient leur commandes explosées alors qu’auparavant le secteur alimentaire était épargné.

Cela n’est pas prêt de changer car les 20-30 ans dépensent déjà, en moyenne, un cinquième de leur budget via internet.

A ceci s’ajoute les commerces de proximité souvent synonyme de qualité, les marchés ou les moyennes surfaces de distribution où l’on se déplace rapidement avec des achats plutôt de necessité.

La grande distribution ou comment avoir trop ‘tirer sur la corde’?

Le developpement de la grande distribution s’est souvent fait au détriment du facteur humain.

En effet a chiffre d’affaires égal un commerce de proximité (boutique, supérette …) crée trois fois d’emplois qu’une grande surface.

Ces dernières années en voulant optimiser toujours plus leurs profits les grandes surfaces ont multipliées les caisses automatiques.

Les emplois de caissières ont étés remplacés par … les clients eux mêmes, qui, en contre partie, n’ont vus aucun changement sur le coût de leur achat alors que ce service aurait dû logiquement être rendu au client lui même.

Le client ne voulant pas être employer comme caissière ou caissier a son insu a été obligé d’attendre de plus en plus longtemps auprès des rares opérateurs de caisse que la grande surface a voulue conserver.

Le résultat a été d’éloigner les clients des grandes surfaces car attendre aux caisses en fin de courses donne une mauvaise impression du magasin car cela reste en mémoire (inconsciemment ou non) et donne ainsi l’envie de se détourner de ce modèle.

Attendre dans un commerce de proximité est différent : les produits sont devant nous on les admire, on écoute le commerçant qui vante ses produits ou le client qui partage sa prochaine recette !

Et vous que pensez vous de ce modèle de distribution?

Etes vous plutot commerces de proximité ou grandes surfaces? Pourquoi ce choix?

Pensez vous que les grandes surfaces soit vouées a disparaitre ou ces grandes enseignes doivent simplement se reinventer?

Si oui comment ?

Quelles formes cela doit prendre?

J’attends vos réactions et commentaires ci dessous

2 Commentaires

  1. Gauthier

    Je pense qu’il faudrait que la grande distribition trouve des solutions pour casser son modèle de consommation à outrance et laisse par exemple le choix a ses clients de venir avec leurs boites pour les rayons fromages ou charcuterie afin de leur faire réaliser des économies et inciter à réduire les emballages

    Réponse
  2. John Chevrier

    Premier point, les hypers nous font perdre du temps avec des circuits prévus pour nous faire parcourir un maximum de rayons des fois qu’on achète une connerie de plus. C’est devenu tellement grossier et inutile, une majorité d’utilisateurs ayant pris l’habitude, par volonté ou nécessité, de s’en tenir à sa liste, que ça en devient risible tout autant que gonflant.
    Deuxième point, la fuite des hôte(sse)s de caisse. Outre le fait que ça transfert un travail sans contrepartie financière sur le client, ça transfert aussi la responsabilité en cas d’oubli … De plus sur les caisses automatiques on doit en général peser les produits. Je n’ai vu aucune caisse accepter un produit léger après un pack d’eau …
    Troisième point, les cartes de fidélité se sont spécialisées sur les produits distributeurs. L’attractivité du principe était le choix, aujourd’hui ce choix se réduit au fil des ans vers ces produits distributeurs dont le cahier des charges semble plus soumis à la notion de coûts qu’à celle de qualité …
    Quatrième point, le suivi des produits est de moins en moins assuré, avec des références qui disparaissent au fil des négociations sauvages avec les entreprises d’agroalimentaire. Un chariot que je pouvais remplir dans n’importe quel hyper il y a encore 5 ans me demande de planifier mes achats sur 3 enseignes. Ce que faisait ma grand-mère il y a 50 ans, à pied en parcourant la grand rue de son village, je dois le faire aujourd’hui avec des distances de 10km entre chacun des sites. Le ridicule ne tue plus, mais il amoche salement.
    Cinquième point, les DLC et DLUO sont de plus en plus courtes. Mauvaise gestion, mauvais suivi des linéaires ou négociations pour faire baisser les prix, ajouté au point précédent ça ne va pas dans le bon sens
    Sixième point, les rayons fruits et légumes sont cher pour une qualité limite. Un fruit ou un légume qui a été gardé à basse température pour le prolonger va pourrir très vite, rien n’est fait pour le signaler. Accessoirement c’est encore pire dans les chaines bios qui semblent incapable d’embaucher des personnels compétents au rayon primeur (au moins en IdF, mais est-ce mieux en campagne ?). Et les prix ne sont pas significativement moins cher qu’au marché.
    Donc au final les seuls produits que l’on peut acheter sans trop de soucis sont les produits manufacturés que l’on peut acheter à prix discount sur Internet …
    Si la grande distribution reste sur son idée de client vache à lait et ne se recentre pas sur les notions de qualité et de service rendu elle est partie pour agoniser, lentement mais surement …

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LA GRANDE DISTRIBUTION : UN MODELE EN DECLIN?

 

« Auchan : plus de 700 emplois menacés »

« Carrefour : suppression envisagée de plus de 1200 postes dans ses hypermarchés »

Aucun grand acteur de la grande distribution n’est épargné: Auchan, Carrefour, Casino, Leclerc …

Depuis ces derniers mois ces annonces se succèdent et pourtant,

qui aurait cru il y a quelques mois que ces géants de la distribution en serait a envisager des licenciements.

 

 

 

 

 

 

Le modèle s’est-il usé au fil des années ?

Force est de constaté que les grandes surfaces ressemblent maintenant a des safaris où observer des clients revient a apercevoir un lion derrière un buisson au milieu de la savane !

J’exagère sans doute un peu mais vous l’aurez sans doute constater également.

Partir en famille ‘faire les courses’ un samedi après midi est un modèle de plus en plus obsolète, la plupart des familles préférant maintenant profiter de ce temps libre pour se divertir avec des loisirs ou activités sportives avec les enfants.

Ceci profite aux géants d’internet qui voient leurs commandes explosées alors qu’auparavant le secteur alimentaire était épargné.

Cela n’est pas prêt de changer car les 20-30 ans dépensent déjà, en moyenne, un cinquième de leur budget via internet.

A ceci s’ajoute les commerces de proximité souvent synonymes de qualité, les marchés ou les moyennes surfaces de distribution où l’on se déplace rapidement avec des achats plutôt de necessité.

La grande distribution ou comment avoir trop ‘tirer sur la corde’?

Le développement de la grande distribution s’est souvent fait au détriment du facteur humain.

En effet a chiffre d’affaires égal un commerce de proximité (boutique, supérette …) crée trois fois d’emplois qu’une grande surface.

Ces dernières années en voulant optimiser toujours plus leurs profits les grandes surfaces ont multipliées les caisses automatiques.

Les emplois de caissières ont étés remplacés par … les clients eux mêmes, qui, en contre partie, n’ont vus aucun changement sur le coût de leurs achats alors que ce service aurait dû logiquement être rendu au client lui même.

Le client ne voulant pas être employer comme caissière ou caissier a son insu a été obligé d’attendre de plus en plus longtemps auprès des rares opérateurs de caisse que la grande surface a voulue conserver.

Le résultat a été d’éloigner les clients des grandes surfaces car attendre aux caisses en fin de courses donne une mauvaise impression du magasin car cela reste en mémoire (inconsciemment ou non) et donne ainsi l’envie de se détourner de ce modèle.

Attendre dans un commerce de proximité est différent : les produits sont devant nous on les admire, on écoute le commerçant qui vante ses produits ou le client qui partage sa prochaine recette !

Et vous que pensez vous de ce modèle de distribution?

Etes vous plutot commerces de proximité ou grandes surfaces? Pourquoi ce choix?

Pensez vous que les grandes surfaces soit vouées a disparaitre ou ces grandes enseignes doivent simplement se reinventer?

Si oui comment ?

Quelles formes cela doit prendre?

J’attends vos réactions et commentaires ci dessous

2 Commentaires

  1. Gauthier

    Je pense qu’il faudrait que la grande distribition trouve des solutions pour casser son modèle de consommation à outrance et laisse par exemple le choix a ses clients de venir avec leurs boites pour les rayons fromages ou charcuterie afin de leur faire réaliser des économies et inciter à réduire les emballages

    Réponse
  2. John Chevrier

    Premier point, les hypers nous font perdre du temps avec des circuits prévus pour nous faire parcourir un maximum de rayons des fois qu’on achète une connerie de plus. C’est devenu tellement grossier et inutile, une majorité d’utilisateurs ayant pris l’habitude, par volonté ou nécessité, de s’en tenir à sa liste, que ça en devient risible tout autant que gonflant.
    Deuxième point, la fuite des hôte(sse)s de caisse. Outre le fait que ça transfert un travail sans contrepartie financière sur le client, ça transfert aussi la responsabilité en cas d’oubli … De plus sur les caisses automatiques on doit en général peser les produits. Je n’ai vu aucune caisse accepter un produit léger après un pack d’eau …
    Troisième point, les cartes de fidélité se sont spécialisées sur les produits distributeurs. L’attractivité du principe était le choix, aujourd’hui ce choix se réduit au fil des ans vers ces produits distributeurs dont le cahier des charges semble plus soumis à la notion de coûts qu’à celle de qualité …
    Quatrième point, le suivi des produits est de moins en moins assuré, avec des références qui disparaissent au fil des négociations sauvages avec les entreprises d’agroalimentaire. Un chariot que je pouvais remplir dans n’importe quel hyper il y a encore 5 ans me demande de planifier mes achats sur 3 enseignes. Ce que faisait ma grand-mère il y a 50 ans, à pied en parcourant la grand rue de son village, je dois le faire aujourd’hui avec des distances de 10km entre chacun des sites. Le ridicule ne tue plus, mais il amoche salement.
    Cinquième point, les DLC et DLUO sont de plus en plus courtes. Mauvaise gestion, mauvais suivi des linéaires ou négociations pour faire baisser les prix, ajouté au point précédent ça ne va pas dans le bon sens
    Sixième point, les rayons fruits et légumes sont cher pour une qualité limite. Un fruit ou un légume qui a été gardé à basse température pour le prolonger va pourrir très vite, rien n’est fait pour le signaler. Accessoirement c’est encore pire dans les chaines bios qui semblent incapable d’embaucher des personnels compétents au rayon primeur (au moins en IdF, mais est-ce mieux en campagne ?). Et les prix ne sont pas significativement moins cher qu’au marché.
    Donc au final les seuls produits que l’on peut acheter sans trop de soucis sont les produits manufacturés que l’on peut acheter à prix discount sur Internet …
    Si la grande distribution reste sur son idée de client vache à lait et ne se recentre pas sur les notions de qualité et de service rendu elle est partie pour agoniser, lentement mais surement …

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

contact

pourquoi ce blog ?

a propos

mentions légales

plan du site

RGPD

Défiler vers le haut

Pin It on Pinterest

Share This